Regardez sur la carte interactive si vous avez un comité de solidarité dans votre région : entrez en contact avec eux.
Si vous n’en trouvez pas, laissez-nous vos coordonnées dans le formulaire et nous vous connecterons avec d’autres personnes proches de vous. http://bit.ly/2yrkACR
Si vous avez des questions, contactez-nous à info@withcatalonia.org

La Catalogne a besoin de votre solidarité

Cet texte avait déjà été convenu lorsque nouveaux événements très graves se sont produits : L’emprisonement sans caution de Jordi Cuixart et Jordi Sánchez, les dirigeants des deux grands mouvements citoyens et souverainistes; et l’attaque terroriste de l’Espagne vers la démocratie a la Catalogne avec l’application de l’article 155. Tout ça c’est la confirnation de l’importance d’activer la solidarité.


Le 1er octobre, alors que des millions de Catalans étaient en train de voter sur leur autodétermination, le gouvernement espagnol nous a brutalement attaqués en envoyant des milliers de policiers paramilitaires conte nous. La violence utilisée contre le peuple et, en contraste, la détermination démocratique de centaines de milliers de personnes qui ont défendu pacifiquement leurs bureaux de vote, illustre parfaitement ce conflit.

La société catalane est diversifiée et démocratique. Elle est construite sur de solides assises d’associations, des organisations et des plateformes fortement progressistes qui ont fait la promotion de politiques pour une réelle égalité des femmes et des hommes contre le harcèlement sexuel; contre les évictions et les coupures de services pour non-paiement; contre la fracturation hydraulique; la taxation de l’énergie nucléaire; la prohibition des combats de taureaux; l’interdiction des balles de caoutchouc… (toutes ces mesures ont été renversées par le gouvernement espagnol). Cette année a eu lieu en Catalogne la plus grande manifestation de toute l’Europe en faveur de l’accueil des réfugiés. La marche en réponse aux terribles attaques à Barcelone et Cambrils au mois d’août était un appel pour la paix, l’anti-racisme et la coexistence. Ne laissons personne tenter d’étiqueter cette société comme étant rétrograde ou étroitement nationaliste.

On peut avoir différentes opinions concernant l’indépendance, mais on doit respecter le droit du peuple catalan de décider de son avenir. Et malgré la violence policière et les quelques 900 personnes blessées, le 1er Octobre nous avons pris une décision claire.

Lors du référendum sur l’autodétermination du 1er octobre plus de deux millions de personnes ont voté pour une république catalane indépendante, plus de 90% des personnes votantes. Le taux de participation était plus élevé que lors des consultations sur l’actuel statut d’autonomie et sur la constitution européenne, et personne n’a remis en question la validité de ces référendums. Le taux de participation est même plus impressionnant si on tient compte de la répression. Sur les 2300 bureaux de vote, quelques 400 ont été fermés par la police ou par des interventions administratives, ce qui a affecté quelques 770 000 personnes enregistrées dont le droit de vote a été affecté.

De plus, on ne peut ignorer toutes ces personnes ( incluant certaines des soussignées) qui n’ont pu voter parce que le référendum s’est tenu sous la juridiction de la loi électorale espagnole, qui nie le droit de vote sur la base des origines même pour celles et ceux qui résident au pays depuis longtemps. Malgré cela ils et elles ont participé très activement à la défense du droit de décider du peuple catalan.

Durant les dernières semaines et les derniers mois, plusieurs personnes ont fait l’objet d’enquêtes judiciaires, ont été poursuivies en cour ou même arrêtées à cause de leurs idées; la police paramilitaire espagnole a effectué des descentes dans des bureaux du gouvernement catalan ainsi que dans plusieurs locaux des médias; ils ont fermé quelques 150 sites web… L’état d’urgence actuellement imposé à la Catalogne ramène à notre mémoire plusieurs souvenirs de la dictature de Franco. C’est un autre signe des lacunes démocratiques dont souffre l’État espagnol, où la justice n’a pas encore été rendue pour les personnes disparues sous la dictature et où le fascisme jouit d’une impunité inquiétante.

Nous savons que le droit de décider est appuyé par 83% de la population, malgré qu’il y ait une diversité d’opinions concernant l’indépendance. Nous sommes toujours un peuple uni. Nous avons toujours travaillé et désirons poursuivre notre travail à la base afin de maintenir cette unité face aux tentatives de division. Cela sera possible dans le cadre d’un processus constituant, dans le déroulement patient des débats et la construction d’une société qui peut amener un progrès social pour tous et toutes. Nous ne pourrons y arriver avec la suppression des droits démocratiques – et probablement sociaux – qu’impliquerait une victoire de la répression.

L’État espagnol ne veut pas nous entendre, pas plus qu’il n’a voulu le faire durant toutes ces années, et pour l’instant les autres États l’appuient. Il est clair que sans une forte pression de la part des citoyens et citoyennes, ils ne seront pas plus à l’écoute de nos revendications démocratiques.

Pour cette raison, la société civile mondiale doit dénoncer la répression et appuyer le droit de décider du peuple catalan.

Nous appelons toutes les différentes organisations et toutes les personnes à agir, à créer des mouvements de solidarité avec les droits démocratiques de la Catalogne et contre la répression. La lutte du peuple catalan démontre que notre force réside dans la participation populaire. Ainsi nous vous encourageons à :

Créer des espaces unitaires de mobilisation et de pression qui englobera toutes les forces démocratiques et progressistes qui désirent être #AvecCatalogne;

Organiser des événements publics, des kiosques et autres activités afin de diffuser l’information véridique à propos de la situation en Catalogne, et réfuter les versions faussées avancées par les éléments les plus rétrogrades de l’État espagnol et leurs alliés;

Appeler à des manifestations et à des rassemblements qui concordent avec notre propre calendrier; en tant que composantes d’actions internationales planifiées; ou en tant que réponse urgente à une éventuelle escalade de répression en Catalogne;

Laisser toute liberté à votre imagination et à votre liberté!…pensez à d’autres formes d’organisation et tenez-nous au courant afin que nous puissions les rendre publiques et les généraliser;

Penser à envoyer des délégations en Catalogne afin de mieux comprendre et appuyer notre lutte; nous considérons la possibilité de convoquer une réunion internationale à Barcelone.

Il est important de comprendre, dans chaque ville et dans chaque pays, quels sont les enjeux. Si aujourd’hui nous permettons à la répression d’avoir gain de cause, alors nous prenons le risque que d’autres droits fondamentaux soient réprimés demain ailleurs dans le monde.

La lutte de la Catalogne fait partie de la lutte pour la justice et la démocratie de la majorité de la population de la planète. Alors nous vous enjoignons à construire la solidarité avec la Catalogne. Pour nous, mais aussi pour vous.

 

Ils signent sur une base individuelle:

Adriano Galante, presidente del Sindicato de Músicos Activistas de Cataluña

Albano Dante Fachin, Secretario General de Podem Cataluña

Alex Rosa, concejal, Tiana

Alfons Pérez, miembro del Observatorio de la Deuda en la Globalización

Antoni Trobat, periodista y trabajador del tercer sector

Aritz Garcia, presidente de Sodepau

Arnau Galí Montiel, educador social

Arnau Pons, traductor y poeta

Bárbara Ramajo, miembro de Bollos en Teoría

Bel Busquets, diputada y portavoz de Más por Mallorca en el Parlamento de las Illes Balears

Bel Olid, escritora

Betlem C. Bel, activista feminista

Blanca Llum Vidal, poeta

Carles Rebassa, escritor

Carme Abril Ferrer, profesora de lengua y literatura catalana

Carme Puig Antich, hermana de Salvador Puig Antich y luchadora contra el franquismo

Carme Sansa, actriz, Teatro con el Referéndum

Clara Camps, profesora

Consol Barberà, miembro de la junta de Escola Valenciana

Cristina Mas, miembro del Comité de Solidaridad con el Pueblo Sirio y de Lucha Internacionalista

David Caño, poeta

David Companyon, ex miembro de la Mesa del Parlamento

David Fernández, periodista

David Karvala, activista social y de Marx21

David Minoves, presidente del CIEMEN

Diego Rejón, trabajador y miembro del Comité de empresa de Seat-VW en Martorell

Eugeni Rodríguez, activista LGBTI e impulsor de la lucha contra la LGBTIfobia

Eulàlia Reguant, ex diputada y técnica del tercer sector

Eva Fernández, activista feminista, ex-presidenta FAVB

Fatiha El Mouali, activista social

Fatou Secka, activista contra la mutilación genital femenina

Francesc Serra, Coordinador Plataforma Pro Seleccions Esportives Catalanes

Francesc Tubau, activista de la Plataforma Aturem la Guerra

Ghassan Saliba, sindicalista de CCOO de Cataluña

Guifré Bombilà, cocinero

Ibai Arabide, periodista y abogado

Imma Puig Antich, hermana de Salvador Puig Antich y luchadora contra el franquismo

Iolanda Fresnillo, socióloga

Iolanda Maurici, miembro de UM9 y de Entitat Ger

Irene Escorihuela, directora del Observatorio DESC

Isa Chacon, militante de la CUP

Jaume Botey, activista social y político de Hospitalet de Llobregat

Jaume Mateu, presidente de la Obra Cultural Balear

Joan Tardà, diputado en el Congreso español

Jordi Martí Font, concejal, Tarragona

Jordi Muñoz i Burzon, maestro y miembro del movimiento antimilitarista

Jordi Sebastià, eurodiputado

Josep Bel, sindicalista y miembro de Proceso Constituyente

Josep Giralt, activista por los derechos de las personas con discapacidades

Josep Maria Terricabras, eurodiputado

Juan Manuel Ávila, Observatorio por la autonomía y derechos de los pueblos indígenas en Colombia

Lídia Pujol, intérprete y cantante

Luis Blanco Maldonado, miembro de la Intersindical Alternativa de Catalunya (IAC)

Maria Gabriela Serra, maestra

Marc Casanovas, Redacción de Viento Sur

Marco Aparicio, profesor, Universidad de Girona

Margalida Ramis, activista ecologista y portavoz del GOB (Mallorca)

Maria Dantas, activista de Unitat Contra el Feixisme i el Racisme

Maria Rodó de Zárate, investigadora y miembro de Gatamaula Feminista

Marta Jorba, investigadora y activista feminista

Martí Sales, escritor

Mercè Otero Vidal, activista de Ca La Dona

Merçona Puig Antich, hermana de Salvador Puig Antich y luchadora contra el franquismo

Mireia Herrera Prats , miembro de la Marcha de la dignidad

Mònica Álvaro, diputada y portavoz de Compromís en las Cortes Valencianas

Montserrat Higueras, feminista e integrante de Dones pel Sí

Mostafà Shaimi, activista de Salt Antirracista

Mouafak Assad, Asociación Sirio-Catalana por la Libertad y la Democracia

Núria Comerma i Cortada, antropóloga

Núria Vidal de Llobatera i Pomar, miembro de Ecologistas en Acción, activista por la justicia social y ambiental

Omaira Beltrán, coordinadora de Llatins per Catalunya

Pau Alabajos, cantante

Pau Urenya Micó, profesor de Filosofía

Pep Cruanyes, Comissió de la Dignitat

Pilar Massana, trabajadora social, miembro de Cristianos del siglo XXI

Pilar Rebaque, activista del movimiento feminista

Ramon Font, miembro de la USTEC · STEs

Rocío Varela, miembro de la Federació d’Altres Activitats (IAC)

Rolando d’Alessandro, Libera Associazione Italo Catalana Antifascista

Roser Veciana, ex-concejala, Ayuntamiento de Barcelona

Ruben Wagensberg, impulsor de Casa Nostra Casa Vostra

Teresa Forcades i Vila, médica, teóloga y monja benedictina

Txell Bragulat, directora, Mostra de Cinema Àrab

Vidal Aragonés, abogado y profesor de Derecho

Xavier Antich, filósofo

Xavier Artigas, Metromuster

Yacine Belahcen, cantante

Sara Tuñí, economista

Jordi Rubio, economista

Alex Guillamon, psicólogo

Montserrat Higueras, coordinadora de la sectorial de mujeres de la ANC

Angels Pujol, activista de Dones Pel Sí

Pedro Mercadé Delegat CGT ensenyament