« Le mouvement pour l’indépendance est affaire de la bourgeoisie »

Faux.

80% de la population de la Catalogne -et donc, une grande partie des travailleurs et de la classe populaire- défend le droit à décider par le biais d’un référendum.

Ces 80% incluent des personnes qui défendent le statu quo et d’autres qui veulent une relation fédérale avec l’État espagnol, mais la majorité est pour l’indépendance.

Les individus et groupes en faveur de l’indépendance sont socialement très divers. Ils regroupent des agriculteurs, pompiers, dockers, éducateurs, enseignants et beaucoup d’autres collectifs se sont manifestés pour l’indépendance. Ces personnes ont montré leur appui à l’indépendance lors des grandes manifestations et, surtout, dans les urnes.

En revanche, la bourgeoisie catalane se sent à l’aise au sein de l’État espagnol. Les grandes organisations d’entrepreneurs catalanes -telles que Fomento del Trabajo ou le Círculo de Economía – rejettent l’indépendance et se sont même opposées au référendum. L’organisation Fomento del Trabajo a même taxé la loi sur le référendum de « coup d’état juridique ».

Cette attitude a mené deux mille entreprises à profiter des mesures spéciales introduites par le Parti Populaire de droite (PP) pour les encourager à transférer leur siège social hors de la Catalogne face à la « menace » indépendantiste. (Inutile de préciser que le PP, avec sa défense d’une « Espagne une et indivisible », représente bien quant à lui la bourgeoisie espagnole.)

FAQs  
 

Ce billet est également disponible en: English Español Català

Facebook