« Pourquoi vouloir l’indépendance ? Cela n’a pas grand sens dans un monde globalisé »

Avec toutes leurs limitations, les états nationaux gardent toujours une certaine capacité d’influence. Il est évident que les ennemis de l’indépendance se refusent à perdre une partie de l’État espagnol et encore moins à accepter sa liquidation. Pourquoi en est-il ainsi si vraiment les états sont vidés de toute substance ?

Malgré les compétences dévolues aux communautés autonomes, il y a encore beaucoup de choses qui sont contrôlées depuis Madrid. Aussi étendue que soit la globalisation, c’est le gouvernement central qui décide où investir en infrastructures et dans beaucoup d’autres choses. Et il le fait à partir d’une vision centraliste, non en fonction des besoins des gens dans les différents territoires. Le cas de Murcie est un exemple clair : ses habitants ont organisé des manifestations quotidiennes pendant plus de six mois afin d’exiger que la nouvelle ligne de train à grande vitesse soit souterraine, comme dans beaucoup d’autres villes, au lieu de couper la ville en deux.

Le droit à décider inclut les décisions sur notre propre vie économique et également sociale.

En tout état de cause, tout le monde est libre de théoriser sur les états-nation et la globalisation mais la décision sur l’indépendance de la Catalogne correspond aux gens qui y vivent, pas à quelques théoriciens.

FAQs  
 

Ce billet est également disponible en: English Español Català

Facebook